Ma maison en Touraine

Ma maison de campagne à l'hôtel

Marie-Claire – Juin/Juillet 2020

« Adieu, literies qui grincent, problèmes d’humidité, de chauffage, réparations et taxes locales : ces établissements d’un nouveau genre offrent tous les avantages d’une résidence secondaire et plus, sans ses inconvénients. » Par Vicky Chahine

Introduction

« Le retour vers la nature, les questionnements sur la digitalisation de nos vies, le triomphe du terroir… tous les marqueurs étaient au vert pour que les hôtels s’emparent des codes de la maison de campagne et les déclinent pour les urbains stressés en quête de mise au vert. Bottes de pluie et vélos à disposition, appareil à crêpes dans la cuisine, jeux de société, grandes tables communautaires : tout est pensé pour recréer l’atmosphère de ces maisons de famille cosy et chaleureuses. Et l’idée fait à nouveau rêver : 40 % des Français souhaiteraient ainsi s’offrir une résidence secondaire, un pourcentage inversement proportionnel à l’âge puisqu’ils sont 55 % chez les 25-34 ans contre 20 % pour les 65 ans et plus*. Ce qui pourrait les freiner ? Le crédit sur deux générations, les travaux faramineux mais aussi l’après, la plomberie défectueuse, la fuite de gaz quand on n’est pas sur place, les lits qui couinent ou encore les araignées dans les recoins. D’où le développement de ces hébergements qui en proposent les avantages sans les inconvénients. À l’origine, il y a parfois une expérience personnelle. « J’ai testé pas mal d’hôtels “family friendly” autour de Paris, mais je ne trouvais pas l’adresse idéale. Cela m’a donné l’idée d’ouvrir une maison de campagne en
m’inspirant de ces résidences qui se transmettent de génération en génération », explique Marie Faure Ambroise qui vient d’inaugurer Maison Réveillon pour « tribus en mal de verdure », dixit le site Internet. Même clientèle pour Jordan Feilders, originaire de San Francisco et fondateur des food trucks Cantine California, qui est tombé amoureux du village tout près de Riverside Normandy.
« Je cherchais une maison quand je suis tombé sur Muids. Sa belle église, son café de la poste avec un comptoir en zinc et sa petite épicerie, c’était le village français idéal ! » se souvient-il.

 

Le domaine de la Trigalière : se ressourcer parmi les chênes

Une centaine d’hectares entre étangs et forêts en Touraine. Un château comme un cottage XXL et quatorze maisons de campagnes disséminées dans le domaine. Toutes ont en commun des matériaux naturels et locaux, et une forme de simplicité raffinée, en harmonie avec un domaine riche d’une biodiversité exemplaire, avec son arboretum aux huit cents essences de chêne, en passe de devenir le plus grand d’Europe. La bonne idée : le réfrigérateur garni de produits locaux ou de plats du cru, sur demande.

Le + maison de campagne : on vous guide pour reconnaître les empreintes d’animaux et trouver les bons coins à champignons. »